Adhésion – renouvellement 2023

Adhérez / Renouvellez votre adhésion au CDXC 2023: https://cdxc.org/adherer-au-cdxc/

Join / Renew you membership to CDXC for 2023: https://cdxc.org/subscribe-to-cdxc/

3Y0J – Bouvet 2023

Equipe 3Y0J

TN8K – Congo 2023 QRT – 165000 QSOs

Équipe TN8K

Célébration pour le 160000ème QSO

Statistiques TN8K

P29RO – Papouasie-Nouvelle Guinée – Loloata OC-240

Quelques faits sur la Papouasie-Nouvelle-Guinée :
La Papouasie-Nouvelle-Guinée est située sur la deuxième plus grande île du monde, la Nouvelle-Guinée, dans le sud-ouest de l’océan Pacifique. Cette île d’une superficie d’environ 777000 km² .Elle est politiquement divisée entre la Nouvelle-Guinée occidentale, qui fait partie de l’Indonésie, et l’État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans le passé, le territoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée était en partie gouverné par le Royaume-Uni, l’Australie et l’Allemagne. En 1975, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a été déclarée État indépendant et est toujours membre du Commonwealth des Nations avec Charles III comme roi.
La population est d’environ 18 millions d’habitants. Outre l’anglais comme langue officielle, plus de 800 langues et dialectes différents sont parlés en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Pourquoi la Papouasie-Nouvelle-Guinée ?

Pour être réaliste : activer des endroits vraiment rares nécessite un budget considérable et pose d’énormes problèmes logistiques. C’est pourquoi Rolf DL7VEE, notre organisateur, a trouvé que P29 était un bon compromis entre le classement sur la liste des DXCC les plus recherchés et le budget des membres de l’équipe.
Nous avons trouvé PNG dans le « Clublog-ranking » légèrement au-dessus de 100 et il n’y avait pas trop d’activité de P29 dans le passé. C’était donc une bonne hypothèse pour nous, membres de l’équipe, d’être d’accord avec Rolf.
Il a commencé par les premières étapes de planification juste après son retour du Salvador (HU1DL), qu’il a achevées à la mi-2021 avec la pré-réservation de l’hôtel et la demande de licence.
Comme nous le savons tous, la situation de Covid-19 était imprévisible à cette époque. Nous n’avions aucune chance d’entrer en PNG en octobre 2021, nous avons donc reporté l’expédition, en espérant une meilleure situation en 2022.
Et en effet, la situation de la pandémie en Europe et dans la zone Pacifique s’est améliorée de mois en mois, tout comme les conditions de bande sur les bandes supérieures. Heureuse coïncidence ?
Quoi qu’il en soit, nous avons dû faire de nouvelles demandes de licences et de visas, ce qui n’était pas un problème en ligne.
Nos vols de Berlin à Port Moresby via Doha et Singapour avec deux escales de 6 heures ont été éprouvants, mais sans aucun problème avec les douanes ou les contrôles de sécurité.
Nous n’avions pas de bagages supplémentaires, la limite de 25 kg était suffisante pour tout le matériel d’antenne et l’équipement électronique que nous avions avec nous.

Notre hôtel pré-réservé était le Loloata Island Resort sur une île à une demi-heure de bateau de Port Moresby. Un hôtel très confortable mais cher, avec plus de luxe que ce dont on a besoin lors d’une expédition radio. Plus intéressant pour nous : il n’y avait aucun bruit artificiel, une ligne électrique stable, une connexion internet rapide et un directeur d’hôtel très compréhensif. Il a préparé une cabane pour nous avec tous les meubles nécessaires, les lignes électriques et l’accès à l’Internet et a soutenu nos plans pour établir notre « ferme-antenne » sur la zone vallonnée derrière le complexe hôtelier.
L’hôtel est d’ailleurs équipé de deux générateurs diesel et de stations de traitement des eaux et des eaux usées. La direction porte une attention particulière aux aspects écologiques de l’île.

Pendant notre phase de planification, nous avons utilisé des images satellites de l’île pour trouver le meilleur emplacement pour nos antennes et pour calculer la longueur des câbles coaxiaux nécessaires en tenant compte du fait que nous devons respecter une séparation suffisante entre les 6 antennes. Avec 60 à 65 mètres pour chacun des 6 câbles, tout allait bien.

Installation des antennes :
Nous avons commencé à installer les antennes peu après notre arrivée à l’hôtel. L’après-midi, 35° C et presque 100% d’humidité après 36 heures dans des avions ou des aéroports n’étaient pas les meilleures circonstances pour les travaux d’antenne, donc nous nous sommes limités ce jour-là à la construction du faisceau 5-bandes -LZ-Beam sur un mât de 9m et des antennes pour 40 et 30m sur des mâts de 12m.
Les verticales 160m, 80m sur des mâts de 18m et les antennes 60m et 6m ont suivi les jours suivants.
Aucun alignement important n’a été nécessaire sur les antennes, elles ont toutes été testées et éprouvées lors d’expéditions précédentes.
Notre faisceau 2el.-5-bandes était connecté à un Pentaplexer, ce qui nous a permis d’émettre avec 500 watts sur 3 bandes simultanément. Super, pas d’interférences et une seule ligne d’alimentation pour 5 bandes.
Comme d’habitude lors de nos expéditions, nous utilisions le double filtrage dans le shack. C’est-à-dire, un filtre passe-bande entre le transceiver et le linéaire et un autre entre le linéaire et l’antenne.

Nos sites d’opération :
Notre appartement modifié offrait assez de place pour 4 (5) sites d’opération avec des distances suffisantes par rapport aux opérateurs voisins. Ils étaient équipés de transceivers K3s, d’ordinateurs portables et des périphériques nécessaires. Le fonctionnement dans ces conditions était assez confortable, même avec 4 à 5 opérateurs en action. Les 5 transceivers étaient connectés à un réseau local avec accès à Internet. Le téléchargement quotidien dans le système Club-Log ainsi que la correspondance avec le « monde extérieur » n’ont jamais été un problème.

Sur l’air :
Peu de temps après que les premières antennes aient été montées, la première station était à l’antenne. Rolf, DL7VEE, a commencé son premier quart de travail sur 20m CW, tandis que le reste de l’équipe épuisée a profité de son dîner au restaurant.
Les premières stations dans le journal étaient JS6RTJ, DJ2IA et F6GCP. Elles nous ont donné une idée de ce à quoi nous pouvions nous attendre dans les semaines à venir.
Nous travaillions avec des quarts de 4 ½ heures, ce qui nous laissait 9 heures entre les quarts pour nous détendre, dormir, nager, plonger et visiter le restaurant avec son excellente cuisine.

Les premières 24 heures d’activités se sont terminées avec pour nous le chiffre sensationnel de 10.000 QSOs ! A la maison nous rêvions de 50.000 QSOs en 14 jours ! Nul doute que nous aurions de bonnes chances de dépasser ce chiffre. Et en effet, 7 jours plus tard nous comptions 50.000 QSOs. Le 16ème et dernier jour de nos activités s’est soldé par 93740 QSOs. Ce chiffre comprend plus de 5.000 contacts que nous avons eus dans le concours WWDX, où nous nous sommes retrouvés à la 35ème place mondiale et à la 3ème place en Océanie.
Si quelqu’un nous avait demandé auparavant quelles seraient les conditions sur 15m et 10m en octobre, personne n’aurait prédit de gros carambolages sur ces bandes. Surprise pour nous tous : plus de 40% de nos contacts ont été faits sur 10/12/15m. Des super-pileups avec le Japon, l’Europe et même l’Amérique du Nord comme continent le plus éloigné de nous. « P29ROcks the shortwaves…. » était l’un des commentaires que j’ai lu dans un e-mail du Japon. Un peu exagéré, peut-être…
Près de 45.000 QSO avec l’Europe, 31.000 avec l’Asie (principalement le Japon) et 14.000 avec l’Amérique du Nord ont été un travail difficile et nous ont stressés presque à chaque poste. D’un autre côté, les heures ennuyeuses et sans réponse étaient rares.
40 mètres avec un seul radial a été très bien avec plus de 9000 QSOs sur tous les continents. Ici, nous avons dû faire face à un QRM important provenant de bateaux de pêche ( ?). Les 80m et 160m ont été très décevants : sans antennes de réception spéciales, nous avons dû nous battre contre un niveau de bruit athmosphérique extrêmement élevé et contre le QRM commercial. Nous sommes vraiment désolés de nos résultats insatisfaisants sur ces bandes car nous savons que la communauté des radioamateurs attendait plus de nous.
Et les 6 mètres ? Avec une antenne boucle, alimentée par un câble coaxial de 65m, nous avons eu quelques bonnes ouvertures au Japon en mode FT-8 (650 QSOs). Le K3 était souvent utilisé comme une station balise, pour montrer que nous étions là.

Nous vivions assez isolés sur la petite île de Loloata. En bateau, il nous fallait 30 minutes pour atteindre l’île principale. De là, il fallait encore 30 minutes de bus pour rejoindre Port Moresby. Avec Ronny DG2RON, j’ai fait le tour deux fois. Nous avons fait un tour de quelques heures dans Port Moresby et un autre dans le parc national où nous avons eu une idée de ce que signifie être dans une forêt tropicale.
Nous le savions déjà : être sur cette île ne nous donne que peu de chance d’apprendre sur le pays, les gens et leur culture. J’en suis désolé, mais notre mission avait d’autres avantages.

Le 9 novembre, toutes nos antennes ont été démontées. L’équipement a été emballé et nous étions prêts pour le vol de retour en Allemagne. Nous sommes tous rentrés chez nous épuisés mais heureux. Heureux non seulement d’avoir accompli cette mission sans aucun problème majeur, dépassant toutes nos attentes, mais aussi heureux des réactions positives que nous avons reçues du monde entier.
Nous sommes profondément reconnaissants pour tout le soutien que nous avons reçu de nos sponsors, organisations et individus. Les milliers de demandes de QSL que nous avons reçues quelques jours après avoir terminé cette expédition et plus de 90.000 QSOs nous montrent que la Papouasie-Nouvelle-Guinée était un bon choix.
En attendant, les téléchargements promis dans LoTW sont terminés, les QSLs papier sont imprimées.
Nous vous verrons tous à partir de notre prochaine destination, quelle qu’elle soit.

Werner DJ9KH

Traduction Française – HB9GWJ

Bonne année 2023

 - 
Arabic
 - 
ar
Bengali
 - 
bn
German
 - 
de
English
 - 
en
French
 - 
fr
Hindi
 - 
hi
Indonesian
 - 
id
Portuguese
 - 
pt
Russian
 - 
ru
Spanish
 - 
es