TY6A – Du 12 au 24 Septembre 2008

BENIN

2008

 

Une expédition en Afrique est toujours une aventure passionante, pleine de surprises.

 

Durant le mois de septembre 2007, nous étions, Sylvie mon épouse, et moi, à la recherche d’un pays africain pour nos vacances de 2008. La carte sur la table, nous essayions de dénicher un pays intéressant pour faire de la radio, ainsi qu’agréable pour le séjour. L’idée de nous rendre au Bénin fait vite son chemin. Après un rapide contrôle sur différents sites Internet afin de s’assurer de la possibilité d’obtenir un indicatif, la décision était prise, je serai TY5 quelque chose, en septembre 2008.

 

En cherchant un gîte ou un hôtel pour nous héberger, je trouve les pages WEB de IK1PMR, Andéa et son équipe sont allés au Bénin en 2000 .Apres avoir échangé quelques mails en lui expliquant mon projet, il me conseille l’hôtel « Au Jardin d’Helvetia ».Situé au bord de la mer, ce qui enchante Sylvie, les bungalows sont simples mais confortables. La facilité d’installer des antennes et l’éloignement de Cotonou vont influencer notre choix.

 

qsl_ty6a

 

Werner, le patron de l’hôtel est tout prêt à nous accueillir avec tout le matériel radio. La réservation est faite en Octobre. La deuxième phase du séjour, est, et sera la plus longue : obtenir une licence TY. Régulièrement et durant plusieurs semaines, je téléphonais au ministère des PTT locales, sans jamais avoir la même personne. A chaque fois, je devais reprendre mes explications à zéro et répéter à nouveau la même histoire, sans pour cela avancer dans mes démarches. J’ai rencontrer des interlocuteurs charmants, certes, mais le plus souvent étonnés, ou désintéressés, confondant radio locale et radio amateurisme.

Malheureusement, aucun formulaire au courrier et des démarches au point zéro.

Je décidai, en dernier recours, de m’adresser à Romano TY5ZR. Une réponse très rapide de sa part à mon premier mail me donne bon espoir. En effet il se propose d’effectuer toutes les démarches administratives pour ma demande de licence, m’expliquant la lenteur de l’administration dans son pays, et les délais de réalisations…..Petit grain de sable dans ce rouage capricieux : le prix des licences qui vient de monter comme tous les frais postaux là bas. Il m’annonce un QSJ au environ de 250 euros ou peut être plus.. ! Coup dur pour le budget…..mais comme nous entamons les démarches avec dix mois d’avance, nous supporterons ce sur coup.

Les semaines se suivent, sans nouvelles de mon indicatif. Romano m’adresse un message de temps en temps me demandant d’être patient.

En Mars 2008, nous achetons quand même nos billets d’avion. Les prix des compagnies aériennes ne cessent de grimper et il faut faire vite pour trouver des places à QSJ encore raisonnable. C’est pour nous la date d’engagement ferme ou nous ne pourrons plus faire machine arrière si le précieux document n’est pas là.

En juin 2008, un mail de TY5ZR. Enfin peut être la bonne nouvelle ? ? ? ? ….eh bien non, ce n’est pas pour aujourd’hui. L’Afrique nous réserve toujours des surprises…..les papiers de demande de licence ont disparu….. ! Romano me demande de refaire une demande manuscrite, et de lui adresser au plus vite, le reste des informations est dans son PC. Le doute et l’angoisse me gagnent peu à peu. Aurai je ou n’aurai je pas cet indicatif ? ? ? ? ?

Afin de rester positif, je continue mes préparatifs. J’espère être actif de 80 à 10 mètres. Je prépare et règle un dipole pour le 3,5 Mhz, les autres bandes seront activées avec mon habituelle verticale Butternuts HF6V. Cette année, disposant de davantage de poids en soute, je pars avec un ampli ACOM 1010 et espère beaucoup sur les bandes basses. Je regarde les différentes activités passées au Bénin en étudiant leur trafic. Sur le DX cluster, les spots sont également une source d’information précieuse. Mon épouse s’est prise, elle aussi, au jeu et le PC reste connecté au cluster toute la journée. Elle prend des notes, et le soir, lorsque je rentre du PRO, elle me fait un petit compte rendu de l’activité radio qu’elle a noté dans la journée. J’étudie les possibilités de propagation pour septembre en espérant que le WX local restera clément. A cette période de l’année, la saison des pluies commence.

Fin Août 2008,Toujours pas de bonnes nouvelles……Mes mails vers Romano TY5ZR se rapprochent davantage et sont de plus en plus pressants. La personne qui doit délivrer le précieux document est en vacances……dans le même temps, nos visas arrivent en trois jours, comme quoi l’administration Béninoise peut et sait être rapide. Nous sommes à 15 jours du départ, et c’est toujours la même incertitude.

Dernier coup de téléphone à TY5ZR, et toujours pas de licence. C’est le jour du départ. Le taxi vient qui nous amène à Orly est un peu surpris de ces bagages hors normes pour un voyage vacances et surtout du poids. L’enregistrement se passe sans problème, et nous décollons pour cette activité incertaine. Une escale rapide à Dakar puis un stop à Abidjan, et enfin nous arrivons à Cotonou. L’aéroport est petit mais grouille de monde. Romano m’avait promis d’être là, au niveau des contrôles de police, mais personne. Quelques minutes se passent, et un grand gaillard d’une trentaine d’année se présente à moi. C’est un gradé de la police qui me demande de le suivre. J’ai du avoir une expression qui a révélé mon inquiétude, et dans l’instant, cet homme souriant m’explique que c’est Romano qui lui a demandé de m’assister aux passages de police et des douanes. En effet, si je n’avais pas réclamé un tampon sur mon passeport, je rentrai au Bénin comme ça. Ce tampon est aussi la preuve pour le DXCC desk, afin de valider mon opération, que je suis bien arrivé dans ce pays à cette date. Enfin une fois sorti de l’aéroport Romano nous attendait et nous accueille chaleureusement. Il est vraiment désolé de tous ces délais administratifs, mais nous serons obligés, demain matin, de nous rendre au ministère pour récupérer la précieuse licence.

Arrivé à l’hôtel, il est 22h30, il fait nuit noire, impossible de découvrir les lieus, je verrais demain matin pour installer les antennes. Debout de bonne heure, je fais un tour dans les jardins de l’hôtel, et trouve des emplacements idéals pour mes aériens. Après avoir demandé l’autorisation, je commence à monter puis installé la verticale HF6V. Une douzaine de radians seront amplement suffisant, je suis à quelques mètres de la mer. La pose du dipole 80 mètres sera réalisée grâce à l’aide précieuse d’un gamin de 8 ans qui grimpera en haut d’un cocotier pour accrocher le centre du V inversé. Vérifications des accords de chaque antenne et tout est prêt. Un rapide tour d’écoute me confirme que la propagation semble être là, du moins ce matin. Quelques instants plus tard, Romano TY5ZR vient nous chercher pour nous conduire à Cotonou et surtout pour ne pas manquer le rendez vous avec l’administration. Durant les 11kilometres qui nous séparent de la ville, ce qui représente une heure route en voiture sur une piste de sable défoncée, nous arrivons dans une ville qui grouille de monde. Le code de la route doit exister, mais seulement dans les manuels…..Un nombre incalculable de mobylettes, des camions surchargés sortis des films d’horreur, roulant à vive allure en pleine agglomération, des mobylettes TAXI, elles sont reine là bas, avec 3 passagers (le chauffeur est en plus) ou bien ces même mobylettes chargées d’objet divers tel que bananes, sac de ciment, ou tronc d’arbre…..tout ceci dans la poussière, la pollution, et un concert de klaxon.

Nous arrivons à notre rendez vous. Nous devons laisser nos passeports à l’accueil en échange d’un badge visiteur. Nous montons au deuxième étage. Dans le bureau, un homme et une femme devant leur PC. La dame nous accueille chaleureusement et semble bien connaître Romano. TY5ZR explique à nouveau la situation en joignant toutes les copies et récépissés des différentes demandes. Apres un bon quart d’heure de palabre, Romano m’explique à la française la situation, je me plie donc aux coutumes locales. Malheureusement la licence ne sera signé que demain et il faudra revenir encore une fois. Nous sommes vendredi, et je doute fort que demain samedi, cette administration sera ouverte.

Le lendemain, nous sommes sur place et bien entendu, portes closes. Romano, qui possède les numéros de téléphones des personnes qui nous intéressent, appelle. Nous sommes invités bien sur à passer lundi de bonne heure. Nous profiterons de cette journée pour faire un peu de tourisme et TY5ZR nous montre dans des endroits très intéressants, hors des circuits des tours opérators. Nous sommes presque dans un autre monde. Le trafic d’essence est presque officiel. Les stations service légales , il y en a peu, n’ont pas de client mais à quelques mètres, tout à coté vous trouvez multitude de petits revendeurs d’essence , qui est proposé au client dans des bouteilles de coca-cola ou tout autre bouteille pouvant contenir un litre de ce précieux liquide. Faire le plein de sont véhicule, vous prend un peu de temps et comme protection, vous n’avez que la protection des Dieux.

Le lundi matin, nous sommes comme demandé, de très bonne heure sur place, il est 10 Heures 30… ! Nous retrouvons notre personne du vendredi, qui nous invite à passer dans le bureau voisin. Une autre personne nous reçoit, même coutume que dans le bureau précèdent. En fait, la licence est dans l’immeuble en face dans le bureau du premier secrétaire du Ministre des Télécommunications. Je suis très étonné par cette réponse, Romano lui, semble mieux comprendre la situation que moi….D’un signe de la tête il me demande de ne rien dire, et m’explique en chemin. Nous n’avons que la rue à traverser et nous y sommes.

Rencontre chaleureuse entre cet homme et Romano. Décidément il connaît tout le monde ici. Je reste discret mais attentif à leurs discutions, et après négociations, je me plie une fois de plus à la coutume locale, cette dernière est plus importante que les autres. Enfin, nous sortons avec ce précieux document et mon indicatif TY6A.

Romano est désespéré de cette situation, mais moi je suis ravi.

 

{morfeo 25}

 

De retour « Au Jardin d’Helvétia », je m’empresse de mettre la station en route, tout joyeux de pouvoir enfin effectuer des QSO.Voilà déjà quatre jours de perdu pour la radio. Gros problème ! la station ne se met pas en route, Il n’y a pas de courant. Je m’informe auprès des propriétaires, et j’apprends que le groupe électrogène de 25 Kva qui alimente l’hôtel, est en panne depuis une semaine. Seul un petit groupe de secours fonctionne pour donner un peu de lumière le soir. Nous sommes en Afrique, un continent ou il n’y a jamais de problème mais que des solutions. Apres explications et diplomatie, j’obtiens du 220 volts. Les premiers CQ de TY6A se font entendre et c’est F6BJO qui est le premier Français à répondre sur 30 mètres. Les QSO se suivent à bon rythme, mais quelque quarante cinq minutes plus tard, tout s’éteint, plus de 220 volts à nouveau. J’attends un peu, mais impatient et voyant rien venir, je retourne voir la réception de l’hôtel pour obtenir des informations. Malheureusement, ce groupe de secours est petit, vieux, et a pas mal d’heures de service. Il faut attendre qu’il refroidisse… !… Le souci est que le redémarrage aura été long et capricieux, puisque je n’aurai de l’électricité tard après dîner. Le 220 volts doit, lui aussi, être que dans le manuel. En réalité le voltmètre indique dans le meilleur des cas un petit 200 volts mais le plus souvent 180 volts avec des chutes jusqu’à 140 volts. A ce niveau, l’alimentation du FT857D ne délivre plus grand chose et le transceiver refuse de fonctionner. Je dois attendre que le groupe reprenne un régime correct. En plein pile up, je devais jouer avec ou sans le linéaire, devoir quelque fois passer en QRP, environ 5 watts afin de pouvoir être toujours actif. Chaque jour de l’expédition aura son lot de surprises. Le plus souvent je dois QRT alors que je suis en plein QSO, Le courant manque… ! J’imagine la réaction des OM qui m’appellent, ne m’entendent plus, alors que j’étais en train de leur répondre. En réalité, je ne disposerai d’électricité que très peu d’heure par jour. C’est malgré tout un grand plaisir, les piles up sont nourris surtout sur 40 et 30 mètres. Dans cette partie de l’Afrique, les stations Japonaises et d’Asie arrivent très fort, surtout sur les bandes basses. On peu facilement comprendre, qu’un européen qui appelle une station d’Afrique de l’ouest ne soit pas toujours entendu alors que les JA sont à S 9 +20.

La déception viendra de la propagation, aucune station, même Broadcast, entendue sur 8OM, le 12 et 10 mètres sont également totalement fermés.

D’excellentes ouvertures vers l’Amérique du Nord sur 40 mètres m’ont permi de contacter des stations W6, W7, VE7, KL7, KH6.

Durant 8jours d’activité, TY6A a réalisé 6438 QSO avec une moyenne de 5 heures d’électricité par jour. Cinq bandes ont été activées : 40, 30, 20, 17 et 15 mètres, avec des puissances d’émission allant de 5 à 600 watts. L’activité fût uniquement CW seuls 3 QSO ont été effectués en SSB. Cette année, certains « OM » ne pourrons pas dire que je ne fais que de la phonie….. !

A ce jour toutes les QSL reçues en directe ou via le bureau sont répondues.

Le Bénin est un pays ou la population est très accueillante, toujours souriantes.

La nourriture béninoise est à découvrir, mais les moustiques, minuscules, sont de vrais kamikazes, et leur piqûres, répétées, sont redoutables

Les boutiques et les marchés valent le détour. La négociation des tarifs fait partie de la vente à la Béninoise. Lequel, du vendeur ou de l’acheteur, à fait une affaire… ? L’un et l’autre satisfaits du prix obtenu.

Merci à vous tous qui avez réussit un « QSO entier », merci pour votre patience.

Merci à ceux qui m’ont aider pour la préparation de cette petite expédition, toute l’équipe de F6KOP, le KOP TEAM, F5NQL, F5CWU, IK1PMR, Micheline YL/F9IE ainsi que toute l’équipe de l’Hôtel « Au Jardin d’Helvétia » pour leur gentillesse, leur patience, les soins qu’ils nous ont prodigués, et surtout William le cuisinier, qui nous a émerveillé tous les jours.

Un merci tout à fait spécial à Romano qui nous a fait découvrir Cotonou et ses environs. TY5ZR nous a vraiment aidé dans cette opération, sans lui TY6A n’aurait pu être sur l’air.

A bientôt dans un autre pays.

 

Print Friendly, PDF & Email