VK9X/G6AY

Histoire

 

Le capitaine William Mynors de la East  India Ship Company, la Royal Mary a nommé cette île quand il est arrivé a Christmas en 1643. Cependant ce n’est pas avant 1668 que le premier débarquement enregistré eu lieu. Pendant son expédition océanographique 1872 à 1876 le docteur John Murray collecta des spécimens minéraux des fonds marin, de ce qui est maintenant l’Indonésie et  prédit que des dépôts de phosphate devraient être trouvés sur une île dans cette zone. Le débarquement de la Royale Navy sur Christmas en 1887 confirma ses prédictions et l’Angleterre annexa l’île le 6 juin 1888. Le phosphate est un composant important dans l’agriculture et dans l’industrie et le premier envoi commercial fut expédié au Japon et en Allemagne en janvier 1900. Les opérations minières ont fleuri jusqu’à la première guerre mondiale avec le Japon pour plus gros consommateurs. Quand la guerre éclata dans le sud est de l’Asie en 1941, Christmas devint une cible pour l’occupation japonaise à cause de ses dépôts de phosphates et l’île fut occupée le 31 mars 1942. Les préparatifs ont été réalisés pour miner et exporter le phosphate mais plusieurs actes de sabotage ont mené à ce qu’une très petite quantité ne soit exportée au Japon durant l’occupation. En Octobre 1945, le HMS Rother re-occupa Christmas.

 

Après la guerre l’île était administrée comme une partie de la colonie de Singapour. Le 1er janvier 1958, Christmas fut sortie de cette colonie et devint une colonie de la couronne  du Royaume-Uni. Le 1er octobre 1958, et suite au paiement par l’Australie à Singapour de 2,9 millions de Pound, la souveraineté fut transférée du Royaume-Uni au Commonwealth d’ Australie. Dans des temps plus récents, Christmas a fait sa notoriété en tant que site du IDC (Immigration Detention Center) pour le gouvernement australien à la pointe nord-ouest de l’île, capable d’héberger environ 1100 réfugiés.

 

Climat

 

Christmas a un climat relativement uniforme tout au long de l’année. Les températures varient peu d’un mois à l’autre. La moyenne journalière maximum est de 28° en avril et la moyenne journalière minimum tombe à 22° en août.

Située à environ 1000 km au sud de l’Équateur l’île à un climat tropical équatorial et elle la seulement 2 saisons distinctes : sèche et humide.

La période sèche s’étale de juin à novembre et elle est caractérisée par de longues périodes sèches avec de réguliers vents du sud-est et d’occasionnelles pluies.

 

La saison humide s’étend de novembre à mai quand l’île tombe sous influence de la mousson du Nord Ouest, quand le jour commence avec un banc de nuages venu du nord traverse l’île emportant avec lui des pluies diluviennes intermittentes.

 

La mousson apporte occasionnellement une forte houle et de violents coups de vent. Des pluies importantes peuvent durer parfois pendant plusieurs jours, bien que ce soit plus souvent une alternance de périodes humides et de temps calme. L’état de la mer dérange quelquefois les activités portuaires et de lourdes brumes apparaissent quelquefois à haute altitude également perturbant aussi les vols à l’arrivée et au départ de l’île.

 

Bien que nous étions sur l’île au milieu de la saison sèche nous avons seulement observé de courte mais sévère tempête de pluie, la seconde lorsque nous rentrions dans l’avion sur le chemin du retour.

 

Géographie

 

Située à environ 2600 km au nord-ouest de Perth, à 500 km au sud de la capitale indonésienne Jakarta et à 975 km au nord-est de Cocos Keeling, Christmas est un territoire de l’Australie dans l’océan Indien avec une surface de 135 km² et une population d’environ 1400 Chinois, Malaisiens, et résidents blancs qui vivent pour la plupart dans la partie nord est de l’île. Ceci est un reste de l’époque coloniale où de nombreux travailleurs venus de Chine et de Malaisie étaient employés dans les mines de phosphate. Suite à la réforme menée par l’union en 1980 tous sont maintenant citoyens australiens.

 

Formalités de licence

 

L’obstacle majeur pour obtenir une licence a été éliminé quand l’Australie a intégré en 2008 le système CEPT T/R 61-01, et ce, bien que le  préfixe VK doit être ajouté à l’indicatif du visiteur comme suffixe. Nigel G3TXF a dû être un des premiers à utiliser cette facilité lorsqu’il est passé par le Queensland lors de son séjour dans le Pacifique en mars 2009 ou il a utilisé l’indicatif VK4/G3TXF sans aucune protestation de la part du WIA (ou de n’importe qui d’autre), ceci étant un arrangement bien plus logique et conventionnel. Cependant, en octobre 2009, le WIA et le ACMA ont signé un communiqué de presse indiquant qu’à partir du 1er novembre 2009 et suite à la consultation de la communauté amateur, il ne pouvait plus accepter le fait d’avoir dans le suffixe une lettre utilisée comme identifiant géographiques dans les indicatifs VK9 pour démarquer chacune des six provinces australiennes, incluant Christmas. .  Le communiqué de presse expliquait que, bien que la plupart des opérations depuis les territoires exterieurs exigent un indicatif d’appel VK9 pour DX-ing, les concours ou les questions de QSL, il est autorisé, dans la réglementation d’amateur en vigueur, d’utiliser un indicatif d’appel/VK9 pour des opérations portables.

 

Tout naturellement, Jim a été conscient que l’utilisation de VK9X/G6AY serait contraire aux règles de l’ACMA et pourrait ainsi invalider notre opération pour le DXCC et le IOTA.  Nous n’avions pas envie d’employer G6AY/VK9, comme indiqué !  En conséquence, nous avons posé la question à Jim VK3PC qui avait envoyé le communiqué de presse et nous avons reçu une réponse très rassurante « J’emploierai VK9X/G6AY.  Le monde du DX sait où est VK9X, même si «  notre » WIA ne le sais pas ».

 

Vols

 

J’ai rapidement constaté qu’il y avait un vol charter hebdomadaire (AIOTA) utilisant les avions de la Malaysian Airlines  depuis Kuala Lumpur (KL) via Singapour.  Les vols depuis Londres avec Singapore Airlines coïncidaient bien avec les vols charters et en août 2009 j’ai réservé les deux sièges au départ d’Heathrow (départ le 19 février 2010, retour le 27 février 2010).  J’ai également réservé et ai payé des arrhes sur pour les vols d’AIOTA entre Singapour et Christmas, avec le solde à régler en décembre.

 

Problèmes

 

Quand j’ai contacté l’agence de voyages sur l’île en décembre pour payer le solde, j’ai été informé que la compagnie AIOTA n’opérait plus cette ligne.  Elle était maintenant exploitée par Christmas Island Airlines à des heures légèrement différentes et, d’une manière plus importante, sans arrêt à Singapour.  Ceci signifié que nous devions changer notre date de départ pour  le 18 février,  effectuer un vol de correspondance de Singapour à Kuala Lumpur, rester une nuit et prendre notre vol charter vers l’île au matin du 20.  Il était évident que l’agence était fortement embarrassée car ils ont dû nous réserver des places sur le vol correspondance de Singapour à KL A/R gratuitement.  Nous avons dû payer des extras pour  les changements de vols de Londres à Singapour mais aucune modification n’a du être apportée pour le vol retour. Pour la nuit du 19 février, j’ai réservé une chambre dans l’hôtel Airport, qui est proche de l’aéroport et desservi par une navette gratuite.

 

Logement

 

Je suis entré en contact avec le CITA, association touristique de l’île Christmas, qui gère différentes propriétés à louer, en leur expliquant le principe du radio amateurisme et les motivations de notre séjour. Leur recommandation était que nous louions deux chambres au « Sunset », placé en haut de la falaise à l’extrémité du nord-est de l’île avec un bon dégagement pour l’Europe et la majeure partie de l’Asie.  Les propriétaires étaient très heureux que nous puissions ériger nos antennes et nous ont attribué des chambres aux deux extrémités du premier étage avec vue sur l’océan.

 

Compétition !

 

En juillet 2009, quatre opérateurs allemands ont annoncé une DX-pedition sur Christmas en novembre/décembre, avec une activité de 160 à 10 m avec amplificateurs en CW, SSB et modes digitaux.  L’opération VK9XW & VK9XX a réalisé un superbe boulot, se concentrant principalement en CW sur les basses bandes et faisant 27.000 QSOs sur une période de deux semaines.  Naturellement, j’ai dialogué avec René DL2JRM, qui a été assez aimable pour fournir beaucoup d’informations utiles.

 

Les antennes

 

Katrina du CITA m’a envoyé quelques photographies du Sunset et des abords afin de nous donner une idée d’où nous pourrions installer nos antennes, mais il n’à semblé n’avoir aucun arbre (ou assez haut) convenablement disposé.  Je lui ai demandé si elle pouvait nous suggérer quelqu’un à qui nous pourrions louer quelques poteaux d’échafaudage et nous donner un tarif pour nous aider à les ériger.  Elle nous a recommandé John McDonald, mieux connu sous le nom de Johnny Mac, avec qui nous avons échangé un certain nombre d’emails en expliquant ce que nous voulions.  Cependant, il était clair que nos suggestions, basées sur les photos de Katrina, les commentaires de Johnny et les images de Google Earth étaient irréalisables et nous avons dû attendre d’être ensemble sur place pour prendre les décisions définitives.  Cependant, il n’y avait aucun problème pour Johnny à fournir des tubes de 6m de long, diamètre 50, de la corde pour haubaner, ce qui fut un grand soulagement.

 

Antennes et équipement

 

Jim est un grand amoureux des dipôles tandis que je préfère utiliser un doublet de 30 mètres alimenté avec une ligne bifilaire 300 ohms.  Avec une petite boîte d’accord, le doublet couvre toutes les bandes de 80 à 10 mètres et il est facile de changer des bandes sans quitter le shack.  Même en journée, changer les dipôles de Jim tend à être une opération à deux personnes.

 

Jim a pris son Elecraft K2 et son ordinateur portable tout neuf avec Wintest sous Windows 7 dans son bagage de main.  J’ai pris mon Kenwood TS-570D et j’ai apporté un nouvel  ordinateur portable avec N1MM.  À mon grand regret, le lecteur de disquette de  mon vieux Compaq avec Win95 et CT,  après avoir tant voyagé a fini par rendre l’âme et a été remplacé.

 

Voyage


Nous nous sommes retrouvés au terminal 3 de Heathrow pour le vol de nuit vers Singapour.  Nos sacs ont été enregistrés pour KL sans difficulté, bien que nous devions récupérer nos cartes d’embarquement  à Singapour pour le transfert Singapour -> Kuala Lumpur.  Le vol était calme, de même que le transfert; les bagages sont bien arrivés.  Malgré un email de confirmation, l’hôtel n’a pas trouvé trace de notre réservation mais ils sont parvenus à nous trouver une chambre.  Nous nous sommes accommodés d’un sommeil changeant et d’un petit-déjeuner matinal avant de prendre le bus pour retourner à l’aéroport pour nous enregistrer.

 

Le vol était à moitié plein ; Jim et moi avons eu une rangée de sièges pour nous seuls.  Les formalités de douane et d’immigration étaient longues, bien que la plupart des passagers aient des passeports australiens.  Les Australiens sont paranoïdes au sujet de l’importation des plantes et des insectes mais nous avons du semblé être respectable, car nos sacs ont été simplement passés aux rayons X et déclarés exempt de toute contrebande.

 

J’avais réservé un taxi pour le transfert à partir de l’aéroport et le conducteur nous attendait comme convenu.  Johnny Mac s’est également présenté en promettant de nous rencontrer au Sunset plus tard, pour nous aider avec les antennes.  Le chemin depuis l’aéroport a pris environ 15 minutes et nous avons été déposés au Sunset, qui été désert . Seule une note sur la porte de la réception confirmait notre réservation.

 

DSC03589

Installation des antennes

 

Nous avons juste eu le temps pour nous changer et faire un tour rapide avant que Johnny Mac n’arrive avec des poteaux d’échafaudage pour faire deux mâts de 12 mètres d’hauteur.

 

Il y avait apparemment des bâtiments abandonnés sur le côté et un palmier plutôt bien placé vers le nord, ainsi j’ai décidé de placer mon mât au milieu des broussailles à l’extérieur d’un de ces bâtiments, à quelques mètres du bord de la falaise, l’attacher en 3 points et placer le centre de mon doublet en haut. Les deux extrémités étaient attachées au palmier pour l’un et au toit du Sunset pour l’autre, faisant ainsi face au nord-ouest.

 

L’emplacement du mât de Jim était un peu dû plus problématique à cause  de la voie d’accès, mais après quelques discussions, nous avons décidé de l’attacher à un poteau en bois, de l’haubaner et d’attacher ses divers dipôles en tant V inversés.  Le mât de Jim était même plus près du bord de falaise que le mien, faisant également face au nord-ouest.

 

Il faisait très chaud et nous avons eu besoin de gants de type industriels pour pouvoir manipuler les tubes d’échafaudage après qu’ils aient été au soleil mais nous avons érigé les mâts et les antennes dans un temps record.  Nous avons placé des isolateurs en plastique au sommet des deux mâts et avons passé une drisse en nylon pour faciliter les changements d’antennes, ce qui était une nécessité pour Jim.

 

Il était alors temps de se retirer au pub local pour se réhydrater et récompenser Johnny pour ses efforts, car il a refusé toutes autres formes de remboursement.

 

Sur l’air

 

Jim a décidé d’ouvrir le bal sur 17 mètres, et fût immédiatement occupé principalement avec un pile-up européen.  Son premier QSO fut avec UA9CCP à 10h13 UTC (heure locale 1713).  Mon premier QSO fut JR5DPV sur 20 mètres à 10h47 UTC mais je n’arrivais pas à produire de pile-up, alors j’ai essayé le 15 mètres, sans beaucoup de succès avant de m’affairer à un beau run de JA principalement sur 30m.

 

Après deux ou trois heures, nous avons fait une pause pour le dîner.  Étant un samedi, tous les restaurants étaient fermés, excepté un, situé à quelques encablures de là. Nous avons alors découvert à quel point le coût de la vie sur l’île est important, principalement en raison du fait que la plupart des choses doivent être importés en plus de la présence du personnel de l’IDC.  La situation ne c’est pas améliorée avec le changement défavorable du taux de change depuis août 2009, en passant d’un taux de 2:1 à environ à 1,6 : 1.  Un dîner simple et une bouteille de bière ont coûté entre £20 et £25. Après dîner, nous étions de retour sur les bandes pendant quelques heures avant de chuter dans le lit, absolument épuisées.

 

Le Sunset possède un réseau WiFi et une connexion internet raisonnable. Ainsi, nous avions prévu de télécharger le log quotidiennement sur mon site Web.  Après un upload réussi le matin du 21 février, le site à eu une défaillance et je n’ai rien pu faire jusqu’à ce que je sois revenu à la maison.  Ce qui était intéressant était la possibilité de se connecter au cluster et d’observer les spots entrants et les commentaires.  Il était également très utile de pouvoir envoyer un spot en commençant une nouvelle session, plutôt que devoir attendre que quelqu’un nous repère.

 

Les conditions ce sont beaucoup améliorées vis à vis de celles éprouvées depuis plusieurs années, avec le SFI autour de 84 lors de notre séjour.  Le 21, j’ai trouvé le 15 mètres ouvert vers le Japon et l’Asie à partir de 5h00 UTC, et l’Europe vers 7h00 UTC.  Jim a trouvé le 12 mètres ouvert en direction de l’Europe vers 11h00 UTC.  J’étais stupéfait de trouver le 10 mètres ouvert vers l’Europe en même temps et nous avons fait de notre mieux pour tirer profit de ces ouvertures.

 

Pour réduire au minimum le nombre de QSOs double, nous avons convenu que, autant que possible, nous resterions chacun sur des bandes différentes.  J’ai travaillé principalement sur 30, 20, 15 et 10 mètres, tandis que Jim fonctionnait principalement sur 40, 17 et 12 mètres.

 

Pendant une soirée, tandis que nous changions un des dipôles de Jim, la drisse dégringola vsur nous en bas.  Seulement une chose pourrait s’être produite, et c’était le frottement de la corde de 2mm de diamétre dans l’isolateur qui l’avait cisaillé.  Il serait nécessaire d’abaisser le mât et de remplacer l’isolateur et la drisse, pas un travail que je n’étais pas disposé à réaliser dans l’obscurité, à deux. Ainsi nous avons temporairement calé le dipôle de 20 mètres plus bas, du mieux que nous pouvions et Jim fut surpris des résultats.  Le matin suivant, nous avons contacté Johnny Mac, qui est descendu dans l’après-midi et très rapidement les choses sont revenus à la normale.

 

Une autre chose s’est produite lorsque j’ai été contacté par le directeur du Sunset qui été accompagné d’une dame qui a voulu me parler « au sujet de mes fils ».  Ma première pensée était que je provoquais des TVI, mais en fait, il s’est avéré qu’elle était la propriétaire du terrain sur lequel mon mât était installé et voulait qu’il soit enlevé au cas où il « tomberait vers le bas et blesserait quelqu’un ou endommagerait quelque chose ».  Elle avait déjà coupé la corde fixant l’extrémité de l’antenne au palmier.  J’ai expliqué qu’abaisser le mât sans risque exigeait trois personnes et que nous devrions entrer en contact avec Johnny Mac, mais que nous allions nous en occuper.  Johnny a discuté un peu plus tard avec le petit ami de cette dame et le problème fut résolu.  Je n’ai pas remis l’antenne sur le palmier, mais j’ai trouvé un point d’attache alternatif  sans noter aucune différence dans les performances de l’antenne.

 

Pratiques

 

Généralement, les pile-up étaient fournis mais se comportait bien et je n’ai pas constaté de de QRM.  Les stations essayant de faire des QSOs double ont toujours été un problème mais je reste très ferme avec eux en précisant « QSO B4 » avant de passer à autre chose.  Seulement à deux reprises les stations concernées ont discuté et j’ai alors noté ces deux QSOs.  Jim a fait environ 40 doubles le premier jour, mais il a ensuite suivi la même méthode que moi.

 

Nous avions été en particulièrement invités à écouter les stations nord-américaines, car il a été dit que le groupe allemand avait ignoré les ouvertures, (bien que les statistiques sur leur site Web semblent réfuter ceci).  Le short-path n’a pas été aidé car il passait par la colline directement derrière l’hôtel.   En conséquence, quand une station des USA cassait le pile-up, nous avons demandé aux autres stations de s’arrêter pour voir s’il y avait d’autres.  Dans les premiers jours, il était difficile de persuader les Européens de faire ainsi.  Il y avait une station G0 bien connue, malheureusement un membre de CDXC (Chiltern DX Club) qui ne cessait pas d’appeler et il a été mis sur la liste noire que nous avions en commun.

 

Avec l’amélioration des conditions sur les bandes hautes et l’excellent travail sur les bandes  basses que les Allemands avaient fait en novembre 2009, nous avons décidé de nous concentrer sur 15, 12 et 10 mètres autant que possible.  Nous n’avions pas prévu de faire du 160 mètres mais j’ai essayé le 80 mètres pendant une soirée et j’ai appelée CQ pendant environ 30 minutes mais j’ai fait seulement un QSO – avec un UA0, il n’y avait donc aucun doute que cela ne servait à rien.  Jim a trafiqué sur 40 mètres vers la fin de la semaine après que le 17 mètres ne soit fermé.

 

Statistiques

 

La table ci-dessous montre la répartition des QSO par bande :

 

BANDE

80

40

30

20

17

15

12

10

TOTAL

G3RTE

0

902

138

212

2,396

0

1,321

0

5,040

G3SWH

1

0

1,790

663

0

2,305

0

457

5,216

TOTAL

1

902

1,928

875

2,396

2,305

1,321

457

10,256

 

La table ci-dessous montre le nombre d’entités :

 

BAND

80

40

30

20

17

15

12

10

TOTAL

DXCC

1

63

77

58

80

77

64

44

102

 

Arrivée à la maison

 

Le vol de retour pour KL a quitté l’île à 12h05 heure locale (0505 UTC) le 27 février et nous avons eu la possibilité d’enregistrer nos bagages jusqu’à notre destination finale, Heathrow, bien que nous devions quand même récupérer nos cartes d’embarquement à KL et Singapour.  Les vols furent calmes bien que nous ayons réalisé que venions de voler entre Kuala Lumpur et Singapour pour la troisième fois de la journée !  C’était un long voyage, pas facilité par le fait que quelques enfants dans la carlingue se soient réveillés pour pleurer toutes les demi-heures pendant le vol Singapour – Londres.  L’arrivée à Heathrow a eu lieu à 5h45 UTC le 28 février et les bagages sont également bien arrivés.

 

Le log brut a été téléchargé dans LoTW le 4 mars et a été également été chargé sur mon site Web (www.g3swh.org.uk/christmas-island.html), montrant l’indicatif d’appel de l’opérateur pour chaque QSO.  Une QSL spéciale en couleur est disponible en direct avec SAE et  l’affranchissement pour le retour.  Les cartes par le bureau peuvent être demandées sur le site Web et seront traitées aussi rapidement que possible.  Les cartes sont également disponibles par le traditionnel  bureau QSL.

 

Nos mercis particuliers vont à nos XYLs, Cheryl et Jan pour nous avoir permis de partir ; à Katrina de l’association touristique de l’île Christmas (www.christmas.net.au) ; à Kashirah de l’agence Travel Echange Christmas Island pour s’être occupée des vols ; à Angie et à tout le personnel du Sunset et à Johnny Mac pour l’aide avec les mâts d’antenne (qu’aurions nous fait sans lui ?) ; aussi bien qu’à tous nos sponsors : (RSGB, Chiltern DXC, GM DX Group, EUDXF, GDXF, Clipperton DX Club, SWISS DX Fundation, West Tenessee DX, association, Nippon DX et Singapore Airlines) pour leur soutien et pour avoir rendu cette DX-pedition possible.

 

Trad : F5CWU

Print Friendly, PDF & Email